Recherche aide  
  Accueil > Le Roux

A Proximité
sites proches -2km
hébergement
Les hôtels
Les gîtes et refuges
Les campings
chambre d'hôte
meublés
Géographie
Villes et villages
Les Lacs
Cols
Sommets
Activités d'été
circuits été
Randonnées pédestres
Escalade
VTT
Cheval,animaux
musées et curiosités
Autres activités
Activités d'hiver
circuits hiver
Ski de Randonnée
Ski de fond
Raquette
musées et curiosités
Autres activités
Photos
Randonnée virtuelle
Album photos
Vues d'ailleurs
Planche contact
Proposer une photo
Espace membre


Le RouxLe Roux - Abries : Catégorie: village ou lieu dit fiche f312  (17551 hits)
Fiche gérée par Christophe Antoine Fiche Validée
 
Approche, locatisation, cartes:
 
carte
A proximité : Le Roux
Secteur: Abries
Localisation sur la carte régionale ou Google Map
<- Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte



AUTRES CARTES :

Carte locale

Carte historique de
Cassini

Photos satellite
Landsat
Description:
 

Office de tourisme 04 92 46 72 26

Son histoire (Abries) :

Altitude : 1550 mètres. Abriès doit peut-être son nom à "ad Bricos" (près des "brics" = sommets), c'est à dire à sa situation au pied du Bric Froid (3302 m.), du Bric Bouchet (3216 m.)... Le nom s'est transformé en Abrii (1110), Abrici, puis Abriès. L'origine peut aussi venir du nom latin "apricus": exposé au soleil; en provençal: "abria": abriter. Le village a aujourd'hui près de 276 habitants (2002). Il en avait près de 1900 à son maximum en 1831.

Au confluent du Guil et du Bouchet, centre d'échange avec le Piémont et grand centre de foire : c'était l'époque où les gorges du Guil vers Guillestre formaient une barrière et où le commerce à dos de mulet franchissait les Alpes vers le Piémont. Les Queyrassins apportaient à Abriès, bétail, fromage, laines et objets, les Piémontais, le riz, les pâtes, les fruits et les légumes. En 1257 Abriès devint une "ville de marché" sorte de "ville franche". En 1609, une grande halle fut construite. Abriès fut prospère. (jusqu'en 1 856 date de l'ouverture de la route vers Guillestre).

Elle a été souvent victime des inondations (en 1948, 1957) ; la plus grave : 1733 dont on conserve la mémoire : procession et inscription sur un mur de protection :

"Si mon pied ne s'ébranle pas Ma tête ne craint pas J'ai quatre toises sous moy (1 toise = 2 métiers) Je me moque de toi." (Le Bouchet)

Entre l'eau et le feu, les "abriaïres" (nom en patois des habitants) ont eu du cran de s'accrocher là. Avalanches de 1706 emportant... 71 maisons ; incendies, dont le dernier en 1921. Mais pires étaient les guerres ; lieu de passage, Abriès a été ouvert aux envahisseurs. En 1690, les alliés "savoyards" et huguenots brûlent Abriès et Ristolas. Plus près de nous, première évacuation en 1940, puis arrivée des troupes italiennes qui occupent Le Roux; les paysans traversent avec un laissez-passer pour travailler leurs terres. C'est l'été. Mais le conflit s'envenime. Abriès tient. Les italiens laissent dans la vallée près de 500 morts et plus de 1000 blessés.


Les batteries du Bouchet ont arrosé le secteur... La Libération épargnera-t-elle Abriès ? Non ! Les allemands tiennent durement. Puis ce sont les Tabors marocains qui arrivent avec, à leur tête, le colonel Colbert De Turgis (tué peu après à Abriès). Un coup de main allemand prend les troupes par surprise. Le lendemain, 13 septembre, les allemands anéantissent par le feu Le Roux et 160 maisons sur 220 d'Abriès ; ils resteront sur les hauteurs jusqu'en avril 1945. Abriès sera citée à l'ordre du corps d'Ar mée, puis reconstruite avec l'aide de l'Etat, selon un nouveau plan, avec de grosses fermes.

Serait-ce le découragement ? Entre 1953 et 1965, on ne célèbre plus que 2 mariages et la population chute à moins de 200 habitants !

La vie reprend cependant le dessus dans ce pays courageux, qui a toujours innové: en 1897, il avait construit le premier hôtel de la région (45 chambres) ; cette année là, il avait été la première commune rurale desservie en électricité. En 1911, le car avait remplacé la diligence. En 1930-31, le ski fait son apparition ; les touristes anglais arrivent.

En 1945, un camion relaie les 10 mulets qui déblayaient encore la route du Roux avec un chasse-neige en bois (en 1930, il y avait alors 50 bêtes de bât). En 1951, c'est la première motofaucheuse. Puis l'adduction d'eau: finies les corvées d'eaux à deux, avec des seaux de bois de 20 litres. En 1960 c'est le premier téléski financé par les habitants.

Les fêtes (Abries) (haut page):

  • 2ème dimanche de janvier : arrivée de la "Traversée du Queyras" à ski.
  • Dernier dimanche de janvier : départ de la V.O. "Foulée à ski".
  • Vers le 20 mai: la St Bernardin, qui célèbre encore les inondations de... 1733.
  • 29 juin: fête de St Pierre, à Abriès.
  • Fin juillet festival de musique.
  • 22 août: fête de St Roch, à Valpreveyre.
  • 24 juin: fête de St Jean Baptiste, au Roux.
  • Marché le vendredi.
  • Carnaval en Février
  • Course pedestre transfontalière une année sur deux en septembre.
Bibliographie (Abries) (haut page):

  • "Abriès mon village natal", Jean Noël Bourcier, Gap 1983
  • "Les pierres écrites : circuit de découverte du village d'Abriès", parc naturel du Queyras.
    1993, 31 p".
  • "La guerre mondiale dans les Hautes Alpes et l'Ubaye", Henri Renaud (Et des Htes Alpes 1990).
Toute la bibliographie du Queyras :Bibliographie

Promenades alentour (Abries) (haut page):

  • Le GR 58 vers la collette de Jilly (2355 m) et en boucle avec 6 heures de marche, passe par des pelouses fleuries.
  • Hameau de Valpreveyre (1850 m) à 30 minutes à pied du Bric Bouchet (2997 m).
  • Le tour du Bric Bouchet pour marcheurs, cavaliers, VTT et skieurs, facilité par un remarquable guide franco-italien.
  • La Montette (1921 m) (30 min) sur les pentes du Bric Froid (3302 m).
A voir (Abries) (haut page):

  • A Abriès, son église et son porche, autrefois avec 2 colonnes sur des lions (comme à Guillestre et St Véran) emportées en 1733 (seuls les lions furent retrouvés dans le Guil).
  • Le Roux d'Abriès (incendié en 1944) et le hameau de Pra Roubaud. Près du cimetière, sur une pierre, on trouve l'inscription le long d'un passage conduisant à 'église, qui rappelle la digue construite contre les inondations. L'ancienne halle du marché (1609) ; Et les nombreuses pierres écrites dont la plus ancienne date de 1546 (fin du règne de François Ier) ; L'église ; Visites guidées du village.
  • Valpreveyre (1847 m.). Du provençal veyre = inculte, désolé. En 1691, ses 40 maisons ont été détruites; sa chapelle (St Roch), reconstruite en 1712. On y remarque le chœur semi-circulaire. l'autel en plâtre, huit chandeliers XVIIIème et une statue dorée. Une autre chapelle, dédiée à St Bernardin de Sienne, a été bénie en 1774, après les inondations de 1728 et 1733.


Conseils & compléments(haut de page):
 
  • abries-ristolas.com
  • météo
  • Conseils & avertissements
  • Caches à proximité (Géocaching: une activité entre chasse au trésor utilisant un gps et course d’orientation qui fera la joie des petits et des grands.
  • Penser à consulter les publications et blogs , les commentaires, le forum pour y trouver des informations complémentaires (rubrique "recherche sur le site" à gauche)

Les commentaires (haut de page):
  actualiser la page
pas de commentaire actuellement, pourquoi pas le votre ?

carnets de voyage ou rando, ou publications associées (haut de page):
 
Proposer ici votre : publication - Actualité/infos - carnet de rando ou visite - aide


pas de publication pour cette rubrique et les critères demandés
Recherche par google
 Le hameau du Roux. Un troupeau de moutons passe.
450*268 pixels (26402 octets)(i454) Le hameau du Roux. Un troupeau de mouto ...
 la chapelle St Barthélemy.
250*348 pixels (18136 octets)(i452) la chapelle St Barthélemy.
 La chapelle St Barthélemy
350*365 pixels (28192 octets)(i453) La chapelle St Barthélemy
 Au niveau de la chapelle St Barthélemy, les ruines d'un moulin sur le torrent du Bouchet
300*223 pixels (20542 octets)(i455) Au niveau de la chapelle St Barthélemy, ...
(c) queyras.aparcourir.com